vendredi 4 août 2017

Conseils bibliographiques pour une lecture de Rimbaud en fonction de l'Histoire et de la politique

Je rassemble ici des ouvrages que ne lisent pas spontanément les gens s'interrogeant sur Arthur Rimbaud. Il s'agit de se plonger dans l'Histoire pour éclairer par le contexte et les problématiques d'une époque le sens de l’œuvre rimbaldienne. J'aurai aussi à travailler sur la philosophie de Credo in unam : la pensée de Lucrèce, avec en arrière-plan Epicure et Démocrite, est importante. Je voulais citer aussi des ouvrages antérieurs de Blanqui, Proudhon, Fourier, etc., mais aussi de Lamennais, Renan, etc, ainsi que des histoires de la Révolution française (Michelet, Blanc et quelques autres).
J'ai retenu pour l'essentiel les ouvrages sur la guerre franco-prussienne et la Commune. Enfin, j'ai voulu en profiter pour signaler à l'attention la Révolution de 1848, voire La Monarchie de Juillet. Et la Commune, et la Semaine sanglante demandent une étude attentive des événements de 1830 à 1848. En appendice, j'ai aussi indiqué des ouvrages importants sur les communautés littéraires, ce que je vais continuer à creuser.
Ces lectures politiques permettent d'expliquer bien des points de détail des poèmes en vers composés de 1870 à 1872, mais elles sont aussi très importantes pour lire Une saison en enfer, ce qui n'étonnera personne, et enfin elles éclairent le sens profond de plusieurs poèmes des Illuminations qui parlent non pas de poésie, mais de politique, comme "Mouvement", "Solde", "Soir historique", "Après le Déluge", "Démocratie", d'autres encore.
Evidemment, dans la mesure où je rejette assez nettement les interprétations marxistes, je mène mon enquête du côté d'un Rimbaud plutôt libertaire et anarchiste, ce qui ne veut pas dire que j'ai moi-même ce profil-là. On verra ce que ça donnera. En tout cas, et j'ose penser que Rimbaud serait d'accord avec moi, il va de soi que je ne souscris pas au triomphe actuel d'Adolphe Thiers en la personne d'Emmanuel Macron, et que je n'ai strictement aucun début de confiance en Jean-Luc Mélenchon. Nous vivons en des temps extrêmement préoccupants, la réhabilitation de la Commune n'empêcherait certainement pas la majorité d'entre eux de pleurer à chaudes larmes le drame du temps présent.

Quelques ouvrages sur la guerre franco-prussienne :

Antoine Reverchon, La France pouvait-elle gagner en 1870 ?, Economica, 2014.
(attention, si cet ouvrage est forcément discutable, la question est conditionnée : "dans le cas particulier de la guerre de 1870, une telle uchronie n'est concevable que si l'objectif politique français n'est pas une défaite allemande, mais l'abandon par Bismarck des conditions léonines qu'il imposa à la France à la faveur de sa victoire totale [...])
François Roth, La Guerre de 1870, Librairie Arthème Fayar / Pluriel, 2010.
Jean Tabeur, La Chute du Second Empire, Reichshoffen - Sedan - Metz, Préface de Jean Tulard, Economica, 2015.
Jacques-Henry Paradis, Journal du siège de Paris, Septembre 1870- janvier 1871, Editions Tallandier, 2008.
Francisque Sarcey, Le Siège de Paris : impressions et souvenirs.
H. de Sarrepont, Le bombardement de Paris par les Prussiens en janvier 1871, Firmin Didot, 1872.
Léon Vacher, La Mortalité à Paris, imprimerie de Cusset, 1871.
Jules Claretie, Paris assiégé, 1871.
Bazaine, L'Armée du Rhin depuis le 12 août jusqu'au 29 octobre 1870, Plon, 1872.

Ouvrages dans la tendance du naturalisme sur la guerre franco-prussienne et la Commune :

Emile Zola, La Débâcle (penser à d'autres de ses romans, bien sûr).
Paul et Victor Margueritte, Les Braves gens, La Chevauchée au gouffre (Sedan).
Paul et Victor Margueritte, La Commune [1904], préface de Hubert Juin, Cercle du bibliophile, 1971.
(Ecrivains du vingtième siècle, les frères Margueritte se réclament du naturalisme, leur roman sur Sedan ressemble beaucoup à la première partie de La Débâcle, action qui commence en août dans les défaites, armée qui ne combat pas, etc., ils sont les fils d'un commandant de brigade mort des suites de ses blessures à Sedan et, du côté maternel, ils sont les petits-fils d'un oncle de Mallarmé, Victor Mallarmé.)

Ouvrages d'historiens sur la Commune :

Jacques Rougerie, Que sais-je ? La Commune de 1871, PUF, 1988.
Jacques Rougerie, Procès des communards, Julliard, 1964.
Jacques Rougerie, Paris libre 1871, Seuil, 1971.
(Il y a d'autres ouvrages de Jacques Rougerie, mais c'est la base)
Robert Tombs, Paris, bivouac des révolutions, la Commune de 1871, Libertalia 2016, traduit de l'anglais The Paris Commune 1871, Longman, 1999, Londres - New York).
William Serman, La Commune de Paris, Fayard, 1986.
Paul Lidsky, Les écrivains contre la Commune [1970], avec postface inédite, La Découverte, Paris, 1999, 2010.
Jean Dubois, Le Vocabulaire politique et social en France de 1869 à 1872, Larousse, 1962.

Témoignage en partie sur la Commune sous forme de roman :

Jules Vallès, L'Insurgé. Se reporter à la trilogie avec L'Enfant et Le Bachelier.

Ouvrages de témoins ou contemporains sur la Commune de Paris :

Priorités :

Prosper-Olivier Lissagaray, Histoire de la Commune de 1871, [1876-1896,] avant-propos de Jean Maitron, La Découverte, 2000.
Jules Andrieu, Notes pour servir à l'histoire de la Commune de Paris en 1871, réédition Libertalia, 2016.
Maxime Du Camp, Les Convulsions de Paris, Hachette, 1878, 3 vol.
Louise Michel, La Commune, La Découverte.
Camille Pelletan, Questions d'histoire, Le Comité central et la Commune, 1879 (articles précédemment publiés dans le journal Le Rappel).
Camille Pelletan, La Semaine de mai, Dreyfous, 1880.
Maxime Vuillaume, Mes cahiers rouges au temps de la Commune [1909], première édition intégrale, La Découverte, 2011.
Paul de Saint-Victor, Barbares et bandits.
Ludovic Hans (alias Armand Silvestre), Second siège de Paris, Le Comité central et la Commune, journal anecdotique, Lemerre, 1871.
Ludovic Hans (alias Armand Silvestre), Paris et ses ruines, Lemerre, 1871.
Catulle Mendès Les 73 journées de la Commune
Plus les publications officielles de la Commune. 

Lire la presse d'époque également.

Importants compléments :

Jean Allemane, Mémoires d'un communard, des barricades au bagne, Librairie socialiste, 1906.
Arthur Arnould, Histoire populaire et parlementaire de la Commune de Paris.
Victorine Brocher, Victorine B... : Souvenirs d'une morte vivante, [je n'ai pas mon édition de poche sous la main].
Gustave Paul Cluseret, Mémoires du général Cluseret, 3 vol., J. Lévy, 1887-1888.
Gaston Da Costa, La Commune vécue, 3 vol., Ancienne maison Quantin, 1903-1905, plus une édition abrégée Mémoires d'un communard.
Léon Deffoux, Un communard, Figuière, 1913.
Lucien Descaves, Philémon, vieux de la vieille, Ollendrof, 1913.
Louis Fiaux, Histoire de la guerre civile de 1871, le gouvernement et l'assemblée de Versailles, la Commune de Paris, Charpentier, 1879.
Les Goncourt, Journal.
Gustave Lefrançais, Souvenirs d'un révolutionnaire [1902], La Fabrique, 2013.
Abbé Louis Lesmayoux, Le 25 mai à l'avenue d'Italie, Douniol, 1871.
Benoît Malon, La Troisième défaite du prolétariat français, [1971,] éditions d'histoire sociale, 1968.
Gustave de Molinari, Les Clubs rouges pendant le siège de Paris, Garnier frères, 1871
Elie Reclus, La Commune de Paris au jour le jour.
Louis Rossel, Mémoires, procès et correspondance, Pauvert, 1960.
J. Rouffiac (ex sous-chef de la prison du 9e secteur), Souvenirs historiques sur le siège de Paris et le commencement de la Commune, journées des 18, 19, 20 et 21 mars 1871, Imprimerie G. Binard, 1873.
Jules Simon, Le Gouvernement de M. Thiers, Calmann-Lévy, 1878.
Sutter-Laumann, Histoire d'un trente-sous, Albert Savine, 1891.
Jean Vermorel, Un enfant du Beaujolais : Auguste Vermorel, 1841-1871, Cumin et Masson, 1911.
Pierre Vésinier, Histoire de la Commune de Paris, 1871.
Joseph Vinoy (général), Campagne de 1870-1871, l'armistice et la Commune, Plon, 1872.

Autres ouvrages :

Que sais-je ?, La Monarchie de Juillet.
Francis Choisel, La Deuxième République et le Second Empire au jour le jour.
Philippe Seguin, Louis Napoléon le Grand,  Grasset, 1990.
Max Stirner, L'unique et sa propriété et autres écrits, L'Âge d'homme, 1972.
Joseph Déjacque, A bas les chefs, écrits libertaires, La Fabrique, 2016.
Marx-Engels, Textes sur l'organisation (quelques mots sur l'histoire de la ligue des communistes 1885, La révolution en permanence 1850, Les prétendues scissions dans l'Internationale 1872 et divers textes, Spartacus, 1970.
Engels-Marx, Le Parti de classe II. Activité, organisation, Maspero, 1973.
Karl Marx, La guerre civile en France, Editions en langues étrangères, Pékin, 1972.
Maurizio Gribaudi et Michèle Riot-Sarcey, 1848 la révolution oubliée, La Découverte, 2009.
Louis de Senneville alis Louis Ménard, Prologue d'une révolution, février-juin 1848.
Les Constitutions de la France depuis 1789, Garnier-Flamamrion, 1979.
Mintz Frank, Histoire de la mouvance anarchiste 1789-2012.
Nettlau Max, Histoire de l'anarchie.
Alain Pessin, La Rêverie anarchiste 1848-1914.
Alain Sergent et Claude Harmel, Histoire de l'anarchie.
Claude Harmel, Histoire de l'anarchie, des origines à 1880, Champ libre, 1984.
Jean Maitron, Le Mouvement anarchiste en France, 2 tomes, Gallimard, 1992.

Ouvrages sur la bohème parisienne ou les générations poétiques (choix sommaire) :

Jean-Didier Wagneur et François Cestor, Les Bohèmes 1840-1870, écrivains-journalistes-artistes, Champ Vallon, 2012.
Luc Badesco, La Génération poétique de 1860, La Jeunesse des deux rives, 2 vol. Nizet, 1971.
Alexandre Privat d'Anglemont, Paris Anecdote, Grasset, 2017.
Louis Chevalier, Montmartre du plaisir et du crime [1980], La Fabrique, 2016
J'ai aussi un livre de Delvau sur les Cabarets, mais je ne l'ai pas sous la main à l'instant. Il doit y avoir quelques manques, mais cette série est déjà pas mal pour passer le mois d'août !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire